L'artiste romantique
Le goût des images1 2 3 4 5

À la naissance d'Aurore Dupin, la photographie n'existait pas. Les jeunes filles de bonne famille apprenaient alors le dessin. Elles devaient pouvoir croquer, le cas échéant, un château - de préférence médiéval - et plus tard leurs enfants. Aurore n'échappait pas à la règle.
George Sand continua toute sa vie à peindre et à dessiner. Elle ne portait pas pour autant le même intérêt à la peinture qu’à la musique. À Nohant, elle avait vécu son enfance et son adolescence parmi les portraits de ses ancêtres que l'on voit encore aujourd'hui sur les murs du salon. Elle les décrivit avec précision dans Histoire de ma vie :

“ J'ai dans ma chambre, à la campagne, le portrait de la dame [Aurore de Koenigsmark] encore jeune et d'une beauté éclatante de ton […] À côté d'elle est le portrait de son fils Maurice de Saxe, beau pastel de Latour. ”
George Sand, Histoire de ma vie, t. I, p. 30-31.

Elle appréciait ce genre de peinture puisqu'elle se fit elle-même peindre avec ses enfants, lors d'un séjour parisien, par Candide Blaize. C'est le premier portrait d'Aurore. Elle n'avait pas trente ans. Il y en aura d'autres, beaucoup d'autres, car on peut avancer que peu d'artistes du XIXe siècle furent autant dessinés, peints, gravés, sculptés, photographiés…

Portrait de Maurice de Saxe, par Quentin de La Tour. Musée du Louvre © RMN