L'artiste romantique
Le goût des images1 2 3 4 5

George Sand et Delacroix
George Sand ne connaissait " rien des arts modernes " lorsqu'elle arriva à Paris. Elle fréquentait régulièrement les Salons, comme l'indique sa correspondance, mais elle conserva toute sa vie des goûts plutôt académiques. Sa rencontre avec Delacroix, le chef de l'école romantique, bouleversa son approche esthétique. Il lui fit découvrir son maître Géricault. Ils devinrent amis lorsqu'il fit d'elle, au moment de sa rupture avec Musset, un portrait avec les cheveux coupés en signe de deuil. Maurice fut, plus tard, son élève et il fit quelques séjours à Nohant entre 1842 et 1846, où il disposait d'un atelier. Chopin, très conventionnel dans ses goûts picturaux, respectait l'artiste romantique qu'était Delacroix, à qui nous devons un portrait du couple, Chopin au piano et George Sand debout derrière lui, captivée par la musique. Après la mort du peintre, la toile fut coupée en deux. On en ignore la raison mais on peut supposer qu'un marchand de tableaux en tira un confortable profit. Delacroix était très proche de Chopin et son amitié avec George Sand fut moins constante après la séparation du couple.

À la mort de Delacroix, en 1863, Sand qui possédait alors plus de vingt tableaux de l'artiste, décida de tout vendre. Elle ne conserva que le premier et dernier des présents que lui avait faits le peintre : La confession du Giaour et le Centaure
" On en a pour plus de 70000 à 80000 francs, j'en réponds " . Cette vente lui permit d'assurer à Maurice
" une rente très agréable de 3000 francs au lieu d'une richesse stérile ".