La famille
Le couvent

Aurore entra au couvent le 12 janvier 1818. Elle y resta plus de deux ans. Ce fut une époque heureuse et apaisée.

Sa mère était catholique, avec des aménagements personnels car elle détestait les prêtres et les dévots. Sa grand-mère, femme des Lumières, se disait déiste et rejetait tous les dogmes et toutes les formes de religions. Aurore sombra dans le mysticisme et forma le projet de prendre le voile. Un tableau accroché dans la chapelle du couvent représentait saint Augustin assis sous un figuier, le visage illuminé par un rayon sur lequel était écrit Tolle lege. Abîmée dans la contemplation de ce tableau elle crut, un soir, percevoir un appel. Au couvent, l’abbé de Prémord, son confesseur jésuite, et madame Alicia, sa mère adoptive, ne croyaient pas à la vocation religieuse d’Aurore. Mais Mme Dupin de Francueil, alarmée, décida de la retirer et de la ramener à Nohant.

" Cette nouvelle tomba sur moi comme un coup de foudre, au milieu du plus parfait bonheur que j’eusse goûté de ma vie. Le couvent était devenu mon paradis sur terre."
George Sand Histoire de ma vie, t. I, p. 1007
Couvent des Dames anglaises par Édouard Mansion (détail), d’après Le Monde illustré, 16 août 1884 © AD Indre